Sur le terrain : Chocó. La faim. ODD2 FR

Sur le terrain : Chocó. La faim. ODD2

Lina Marcela Muñoz
Sociologue. Politiques pour l'égalité
Directeur PROCLADE COLVEN

ODS2- ZERO HUNGER : éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire et une meilleure nutrition, et promouvoir une agriculture durable.

L'alimentation est un droit lié au droit à la vie, à la santé, à la sécurité et à la souveraineté alimentaire. Dans le cas de la Colombie, la FAO indique que 54 % des familles du pays souffrent d'insécurité alimentaire, un problème qui frappe durement le département du Chocó, où 91,4 % de la population est victime de déplacements forcés, un aspect qui augmente le cycle de la pauvreté et a des répercussions sur la violation des droits connexes mentionnés au début.
Le facteur aggravant est que, s'agissant de groupes ethniques (reconnus par l'État colombien), le projet de vie communautaire et les modes de production traditionnels sont interrompus, ce qui génère des changements ou la disparition de pratiques culturelles liées à l'alimentation. Cela montre une triple victimisation : celle, émotionnelle, liée à la perte de leur projet de vie à cause du conflit ; celle liée à la perte des pratiques culturelles des peuples africains et indigènes et les affections matérielles comme conséquence du conflit qui sont aggravées par l'absence de mesures de réparation. 

Un aspect notable lié aux SAO2 sont les maladies associées à la pauvreté, aux conflits et à la faim, qui semblent toucher surtout les enfants, on y trouve entre autres la diarrhée aiguë, la parasitose, l'anémie. En 2018, plus de 20 enfants ont perdu la vie en raison de la malnutrition sévère, de l'absence d'eau potable, de l'augmentation du confinement en raison de la pose de mines antipersonnel et du contrôle des communautés par les acteurs armés, ainsi que des difficultés d'accès aux centres de santé du territoire. À cet égard, le Conseil d'État, dans son Arrêt 201600097 de 2017, reconnaît que le département du Chocó est celui qui présente le taux le plus élevé de mortalité infantile due à la malnutrition et déclare ce qui suit.

"Au cours de l'année 2016, ils sont morts : (i) 27 enfants dans la municipalité de Bojayá, (iii) 24 dans les municipalités de Bajo Baudó, Riosucio et Pie Pató, tous par manque de soins de santé et de nutrition complets ... ... la population indigène [du département du Chocó] a été confrontée ces dernières années à une situation désastreuse qui touche particulièrement et généralement les filles, les enfants et les adolescents en tant que population vulnérable, causant de graves atteintes aux protections juridiques telles que la vie, l'intégrité personnelle et la santé liées aux processus de mauvaise nutrition (compris comme la consommation d'eau contaminée et la mauvaise nutrition)".

Il a ajouté que selon les statistiques officielles, y compris l'enquête nationale sur la nutrition 2010 de l'Institut colombien du bien-être familial, dans le Chocó, le pourcentage de malnutrition globale est le double de la moyenne nationale et la prévalence de la malnutrition infantile est de 2,6 points au-dessus de la moyenne nationale. Sur un total de 80 000 enfants de moins de cinq ans, 12 000 enfants souffrent de malnutrition sévère, la plupart d'entre eux étant des enfants de mères célibataires ou de mères de moins de 15 ans, et 9 000 d'entre eux sont des autochtones, issus des communautés autochtones qui en font la demande, qui meurent de faim et de maladies comme la tuberculose.

Il a noté que, sur 65 000 Chocoanos indigènes, 20 000 ont moins de cinq ans, et que seuls 2 000 d'entre eux sont pris en charge dans des centres de récupération de nourriture. Cela signifie que 18 000 enfants indigènes du Choco meurent de faim dans des conditions difficiles. 

Selon une enquête réalisée en 2015 par la FAO en Colombie, plus de 4 millions de personnes souffrent de la faim, ce qui équivaut à 8,8 % de la population. En revanche, selon le Département national de la planification, 9,6 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année (34 % de ce qui est produit) en raison de l'absence de politiques favorisant la production et la commercialisation de la population rurale tandis que les importations de nourriture sont renforcées.

DÉFIS POUR LE CHOCO PAR RAPPORT AUX ODS2 :

Compte tenu de ce panorama, l'objectif fixé par la Colombie en ce qui concerne la SAO2, qui consiste à réduire de 50 % le gaspillage alimentaire, ainsi qu'à réduire de 1,6 point de pourcentage le nombre de décès d'enfants dus à la malnutrition d'ici 2030 (c'est-à-dire de 6,8 décès à 5 pour 100 000 enfants), est déshonorant, car il continue de condamner la mort systématique de la population, principalement des enfants, dans le Chocó en raison de son haut niveau de vulnérabilité (extrême pauvreté et violence).

Dans le cadre du droit à l'alimentation, il est important de reprendre certaines conclusions construites de manière participative au cours de l'année 2019 dans le diagnostic avec l'approche DESCA réalisé par Proclade Colven en 2019 :

"Tant les peuples indigènes que les afro-descendants voient leur droit à l'alimentation violé dans la mesure où ils se réfèrent aux changements générés dans les modes de production traditionnels par les actions violentes dans le cadre du conflit armé. Ces changements se réfèrent également à l'incorporation d'autres produits alimentaires qui ne faisaient pas partie de leurs usages et coutumes, ce qui est lié à des maladies de diverses sortes.

L'imposition d'un modèle extractiviste est très éloignée des pratiques et des visions de l'ethnodéveloppement, qui a impliqué des changements dans la consommation, les pratiques de production et la commercialisation.

Les effets du conflit présents dans ces territoires et qui affectent directement la réalisation d'une souveraineté et d'une sécurité alimentaire adéquates, où le modèle économique national et mondial, ainsi que la dynamique de la productivité illégale, imposent leurs conditions au-dessus des besoins et des déterminations autonomes des communautés". 

Elle contribue ainsi à la construction de stratégies qui s'appuient sur les moyens de subsistance traditionnels pour résister à l'insécurité alimentaire, aux risques de disparition physique ou culturelle, à l'assaut des conflits et aux industries extractives.

Lina Marcela Muñoz
Sociologue. 
Spécialiste des politiques publiques pour l'égalité
Directeur PROCLADE COLVEN


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments