Urgent: Quelqu'un doit décider FR


Urgent: Quelqu'un doit décider

Michelangelo Velasco cmf
Docteur. Enseignement des sciences
Membre de la cmfUNteam 

Il est peut-être bon de mettre à jour les données COVID-19, maintenant que les pays d'Europe le dépassent progressivement et que la Chine, enveloppée d'anciens secrets, communique au reste du monde son triomphe sur le "virus des chauves-souris". Je ne fais que passer en revue quelques informations de ce 24 mai. New York Times : les États-Unis atteignent les 100 000 morts. Financial Times : cas confirmés : 5.160.955 ; décès : 331.350. El Confidencial, 24 mai, cas actifs : États-Unis (1.164.286), Russie (224.558), Royaume-Uni (220.598), Brésil (182.798), France (89.830), Inde (73.170), Pérou (64.466), Italie (57.752), Espagne (56.236), Pays-Bas (39.261). 

Données du journal El País du 22 mai
L'Afrique compte plus de 100 000 cas et 3 000 décès. L'Afrique du Sud compte 1 134 nouveaux cas, avec un total de 19 137 ; les experts parlent de 50 000 décès et de six millions d'infections, d'ici 2020. L'Égypte compte 15 003 personnes infectées et 696 morts. Le Soudan compte plus de 400 infections en un jour, soit plus de 3 000 au total. N'oublions pas les camps de réfugiés avec Dadaab au Kenya, où résident 217 000 réfugiés et où des cas de VIDOC-19 ont déjà été détectés. Passons à l'Amérique. Les États-Unis comptent plus de 1,5 million d'infections, 94 000 décès et 39 millions de chômeurs. Le Brésil a dépassé les 20 000 décès, le Chili 45 décès, le Pérou 4 749 infections et le Mexique 6 510 décès et 56 594 infections. Je ne suis pas, il est disponible sur le site de l'université Johns Hopkins 

Le coronavirus COVID-19 est un avertissement de plus que nous devons construire ce monde différemment. Ce n'est pas la première fois, ni la dernière, que nous nous rendons compte que de nombreux problèmes de notre humanité, de plus en plus nombreux, sont mondiaux et nécessitent des solutions mondiales. Nous pensions que la mondialisation n'impliquait pas un changement profond des valeurs, des critères et de la gouvernance. Nous pensions que ce n'était qu'une question d'économie et de communication, mais il s'est avéré que c'est quelque chose qui repense toute la vie de la planète Terre. Cette semaine, nous célébrons le cinquième anniversaire de la publication de Laudato Si ; il est triste que certaines personnes considèrent encore cette encyclique comme la "Green Encyclical" et n'approfondissent pas la signification de l'expression "Integral Ecology". Il serait vraiment décevant, un véritable "péché mortel impardonnable" si nous faisions référence à Laudatus Si sans penser à l'humanité ; sans la relier à la tragédie du COVID-19. On pourrait en dire autant de l'Agenda des objectifs de développement durable 2030 qui, pour certains encore, parle de la nature et du problème des plastiques et des déchets ; combien de temps encore y aura-t-il des gens qui insisteront pour répartir les problèmes de cette manière ! Laudato et l'Agenda 2030 font tous deux référence à quelque chose d'aussi complexe que de proposer une voie de changement radical : le développement intégral de l'être humain tout entier ; l'écologie intégrale, y compris l'être humain ; le développement durable de la planète, des peuples et des individus. Nous pourrions pratiquement tous nous accorder sur l'importance de réaliser tout cela, surtout dans une perspective chrétienne, mais qui, dans notre monde de 2020, peut s'atteler à l'énorme tâche de le mettre en pratique ?

La crise du Coronavirus a mis en crise une mondialisation simpliste. D'un point de vue économique, les chaînes de production internationales vont être modifiées ; les processus de production devront se concentrer, pour l'essentiel, sur la zone géographique correspondante. Au fait, rappelons que l'une des clés pour comprendre la réduction de l'extrême pauvreté dans le monde ces dernières années a été la délocalisation de la production vers la Chine, l'Inde et les pays asiatiques. De nombreuses violations des droits de l'homme ont dû être corrigées, et il en reste encore beaucoup à faire, mais la réalité est que de longues chaînes de production ont sorti des millions de personnes de l'extrême pauvreté. Que va-t-il se passer maintenant là-bas et ici ? La COVID-19 a mis fin aux guerres et aux conflits armés, mais elle a ravivé de vieilles rivalités entre pays. Comment le monde des blocs sera-t-il façonné après la pandémie ? Les experts en géo-stratégie parlent de trois blocs en cours de formation : autour des États-Unis, autour de la Chine et autour de l'Europe. L'Afrique, l'Amérique et l'Asie restent à voir. Nous laissons de côté l'Inde, plus alignée sur les États-Unis, et les "tigres asiatiques" peut-être, à l'exception de la Corée, plus alignés sur le Japon. Qui va mener le changement vers un monde meilleur ?

Ne pensons pas que les États-Unis, actuellement engagés dans une "Amérique d'abord", vont être le pays autour duquel se construit le nouveau monde décrit ci-dessus. A peine la Chine, encore enveloppée de mystère, sans droits de l'homme et engagée dans la domination mondiale par la Nouvelle Route de la Soie, aussi appelée la Ceinture et la Route ; ce deuxième nom donne plus d'idée de ce qu'il en résultera, au final, pour les pays endettés envers la Chine pour les macro-projets réalisés par le Royaume du Centre. Serait-ce l'Europe ? L'espace européen progresse en termes de coordination réelle et d'engagement extérieur conformément à l'Agenda 2030 ; COVID-19 a brisé beaucoup de solidarité au sein de l'Union, même si, dans cette dernière étape, elle est en train de se reconstruire. Le "Green Deal européen" continue d'avancer. L'Europe a déjà approuvé une taxonomie (critères) pour le développement durable sur le changement climatique ; les entreprises, les fonds d'investissement et les investisseurs peuvent déjà savoir ce qu'il faut appeler "durable et quoi pas" et où investir et où pas : en outre, en 2021, on travaillera sur le développement social durable, en convergeant une fois de plus avec l'Agenda 2030. L'Europe pourrait être un catalyseur de réformes globales, "vers un nouveau monde", si elle prend conscience du moment historique dans lequel nous nous trouvons et de sa responsabilité. 

Pour l'instant, les États-Unis, la Chine, l'Europe, l'Inde, le Japon, l'Amérique et l'Afrique ne vont rien mener seuls. Cela peut sembler utopique, mais la seule institution qui rassemble tout le monde est l'ONU. Le multilatéralisme est la voie. Il est certain qu'une réforme en profondeur est nécessaire pour transformer l'ONU en un instrument véritablement efficace pour la mise en œuvre de l'Agenda 2030. Les propositions faites par la société civile cette année, à l'occasion du 75e anniversaire de la fondation de l'ONU, sont une contribution très précieuse à cette transformation. Les changements doivent affecter la représentation des États dans ses différents organes de décision. Bien sûr, le changement devra impliquer, entre autres, la suppression du veto au Conseil de sécurité, et la modulation du droit d'inviolabilité de chaque État dans la manière dont il se conforme aux accords de l'ONU. Ces modifications du statut de l'ONU, passent par la modification du système de vote (chaque pays un vote) à un système de représentation par "zones géographiques". Peut-être que des groupes tels que l'Organisation des États américains, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), l'Organisation de l'unité africaine (OUA), l'Union européenne (UE), ainsi que les grands pays mentionnés ci-dessus, pourraient servir de semences pour la création de ces "zones". 

Multilatéralisme : 75e anniversaire d'After the Coronavirus, il y a beaucoup à reconstruire. Le plus important est la souffrance et l'humanité plus inégale qui naîtra de COVID-19. Nous devons travailler ensemble. Le renforcement de cette "coopération par zones géographiques" peut peut-être aider ; à condition que ces zones soient ouvertes à la coopération avec d'autres, dans le cadre d'un forum de dialogue tel que celui des Nations unies, renouvelé après le 75e anniversaire de sa fructueuse histoire. Le nouveau multilatéralisme est la voie. chrétiens catholiques ont beaucoup à dire et à faire. Laudato Sí est un excellent guide. Joyeux cinquième anniversaire de Laudato Si ; joyeux 75e anniversaire de l'ONU. Bonne Pentecôte ; demandons les dons de la sagesse et de la constance.


Miguel Ángel Velasco cmf
Docteur en sciences de l'éducation
Licence en théologie systématique
Membre de la cmfUNteam
Hans Boussougou cmf. Traducteur


Comments