Sur le terrain: Zamboanga. Philippines FR


JUSTICE ET PAIX : l'expérience de la ZABIDA

Il y a une vidéo au bas de la page

La décision de s'associer sous le nom de ZABIDA (Zamboanga-Basilan Integrated Development Alliance) en 2007 est le fruit d'un consensus entre quatre organisations non gouvernementales ayant fait leurs preuves dans la région. Dans la ville de Zamboanga, nous avons Katilingban Para Sa Kalambuan, Inc. (KKI), Peace Advocates Zamboanga (PAZ) et Reach Out to Others Foundation, Inc. (ROOF) et dans la province de Basilan, la Nagdilaab Foundation, Inc. (NFI). 

Zamboanga et Basilan sont deux réalités situées au cœur de Mindanao mais historiquement très diverses. Zamboanga a été la base de la présence coloniale pendant de nombreuses années - des siècles et reste le centre des services sociaux, militaires, commerciaux et autres de la région. Basilan - l'île située de l'autre côté du détroit de Zamboanga City - a été dominée par les entreprises multinationales et les conflits. Pourtant, la capitale, Isabela, n'appartient pas à l'ARMM (Région autonome du Mindanao musulman) et est officiellement considérée comme une ville composante de la péninsule de Zamboanga. Elle est très diverse et pourtant partage les défis de la multi-culturalité et d'une histoire de domination et de marginalisation.

Le double problème de la pauvreté et de l'absence de paix est commun aux provinces de la péninsule de Zamboanga et de Basilan qui sont identifiées comme étant parmi les plus pauvres des Philippines.   Le conflit prolongé et la désautonomisation et la faible participation des communautés locales de Mindanao à la poursuite à long terme de leur développement et aux solutions immédiates aux problèmes urgents qui en découlent ont contribué à un état précaire de sécurité humaine (SDG 16).

Pour nous, l'application de la sécurité humaine a été l'impératif moral à la base de la réponse de la ZABIDA aux forces provocatrices qui ont menacé la vie et la dignité de la plupart de nos populations, c'est-à-dire la pauvreté, la violence, le trafic d'êtres humains, la toxicomanie, le changement climatique et le terrorisme (SDG 01, 13, 16).  Ces menaces ne peuvent être combattues par les seuls mécanismes conventionnels. Elles nécessitent un nouveau consensus qui reconnaisse les liens et les interdépendances entre la gouvernance, le développement, les droits de l'homme et la paix.  Ainsi, il est libératoire en ce sens que les configurations de la sécurité humaine seraient définies en termes de liberté de vivre à l'abri du besoin, de la peur, de la liberté d'atteindre le développement et de vivre dans la dignité.  

La clé a été d'œuvrer à l'EMPLOI des secteurs marginalisés pour qu'ils puissent réclamer leurs droits, défendre leur dignité et créer des conditions d'harmonie et de paix en surmontant la peur et le besoin. Conscients des divers problèmes et préoccupations en matière de sécurité humaine qui touchent les secteurs vulnérables de la société, en particulier les femmes, les jeunes et les enfants, les personnes déplacées, les agriculteurs et les pêcheurs, et les communautés indigènes, il faut mettre en place un ensemble de mesures de soutien à la population.  

Les services communautaires de la ZABIDA ont été axés sur la sécurité économique, la paix, la gouvernance et la réforme de la sécurité pour les communautés pauvres - urbaines et rurales.  Plus précisément, les quatre partenaires, tout en poursuivant leurs projets respectifs et coordonnés par le Bureau régional de gestion des programmes basé à son bureau central, se sont engagés dans des programmes visant à atteindre les résultats suivants : 

1.         Renforcement des capacités et de la participation des unités gouvernementales locales (barangays et municipalités) en matière de participation et de transparence, tout en travaillant avec des groupes sectoriels au sein des communautés à la formulation et à la mise en œuvre de politiques et de plans de développement efficaces tenant compte de la dimension de genre. (SDG 05,16)

2.         Intensification de la défense des droits des femmes, des enfants et d'autres secteurs marginalisés et amélioration des mécanismes visant à accroître l'accès aux services de base tels que le logement, la santé, l'eau et l'assainissement, l'éducation et les moyens de subsistance. Katilingban dispose de deux centres pour enfants : Akay Kalinga qui s'occupe des enfants des rues et Tanglaw Buhay qui s'occupe des victimes du trafic d'enfants. (SDG 03, 05, 06)

3.         Renforcement de la promotion de la culture de la paix dans les écoles - en particulier l'intégration de l'éducation à la paix dans le programme scolaire, la formation à la culture de la paix dans la communauté, la société civile et les institutions gouvernementales et la promotion par le Mouvement interreligieux de solidarité pour la paix. (SDG 04, 16)

4.         Mettre en œuvre des mécanismes de réduction et de gestion des risques de catastrophes fondés sur les écosystèmes et tenant compte des sexospécificités... ainsi que des mécanismes d'atténuation du changement climatique et d'adaptation à celui-ci en coordination avec les acteurs locaux, comme la création de VERDE ZAMBOANGA (Zamboanga) et de GANDAN GANDUN (Basilan) intégrant les organismes gouvernementaux, les universités et la société civile pour prendre soin de l'environnement et éduquer les communautés sur les effets du changement climatique. (SDG 03, 05, 09, 13)
Solidarité interreligieuse pour la paix

Enfin, nous avons pu consolider la Solidarité Interreligieuse pour la Paix (ISP). Ce groupe est composé de chrétiens - catholiques, protestants/évangéliques -, de musulmans de différents groupes et affiliations et, depuis peu, de représentants des peuples indigènes - tous leaders à part entière ainsi que de citoyens et de communautés confessionnelles animés par des motivations spirituelles. 

Les activités de l'ISP ont été guidées par la conviction centrale que les religions sont les ressources qui contribuent aux relations harmonieuses, plutôt qu'aux conflits dans une communauté. Ainsi, tissées dans une matrice interconfessionnelle de dialogue et de solidarité, les traditions spirituelles de l'islam, du christianisme et des autres religions sont les sources spirituelles qui produisent les normes et les valeurs qui sous-tendent la culture de la paix.  

Ce groupe coordonne actuellement une série d'activités visant à promouvoir les droits de l'homme, mène une éducation à la paix à différents niveaux de l'enseignement formel et défend la paix auprès d'un public multiniveau et multisectoriel qui comprend les enfants et les jeunes scolarisés ou non, les soldats, la police et d'autres groupes armés, les enseignants et les dirigeants communautaires. 

Notre travail tente d'offrir une compréhension unique de la vie qui conçoit la paix comme le centre du comportement humain et des relations communautaires. Il s'agit d'une alternative à toutes les manifestations de violence existantes dans la société, en essayant de les remplacer par de nouvelles structures sociales qui encouragent les relations et les processus de vie en commun dans la paix.   Cela donne lieu à un nouveau type d'éducation qui s'adapte aux différences et gère la dissidence.  Elle croit à la recherche d'alternatives pacifiques qui abondent.  Sinon, les tendances à la violence deviennent plus fortes avec les limites imposées à la créativité humaine. 

Ces nouveaux styles culturels impliquent avant tout une attitude de reconnaissance et de respect mutuel, acceptant les différences culturelles de tous les différents groupes avec une sensibilité particulière pour les éléments culturels et religieux des diverses communautés. Une culture de la paix implique un profond encouragement à la réconciliation, la reconnaissance de nos blessures et de nos capacités de violence qui ont marqué notre histoire. Seule une attitude de pardon permet de construire la base solide de l'espoir de paix. 

            Cette proposition de consolidation de la paix est en soi un processus de dialogue entre les diverses traditions religieuses.  C'est aussi un processus de dialogue intracommunautaire dans lequel les membres ont sérieusement besoin de se convertir pour accepter, dans la perspective de la foi, les exigences plus authentiques de l'expérience religieuse tout en dépassant d'autres insinuations fondamentalistes.  C'est le dialogue interreligieux authentique à partir des mêmes moments historiques et réalités de vie qui encourage les actions de justice, de dignité humaine et de progrès parmi tous les membres de la communauté. La guérison et la réconciliation des communautés culturelles/religieuses font partie intégrante de ce processus de construction de la paix.

Larry Miranda cmf

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)



Comments