Parler du terrain. Congo FR

Hôpital Kindi. RD Congo. Un médecin à 100 km à la ronde

Parler du terrain. Congo

Nous partageons une lettre de nos missionnaires Luisina Crespo et Franco Torres cmf, de la République démocratique du Congo 

Car bien avant et plus que le Coronavirus, l'universel est la Mission. 

Kingandu, RD Congo. 8 avril 2020

Chers parents et amis de la province : merci de nous donner l'occasion de partager avec vous la façon dont nous vivons en RDC, cette période difficile pour nos peuples frères. Comme vous le savez, dans ce beau et grand pays, il y avait déjà d'énormes défis à relever dans le domaine de la santé, la plupart du temps liés à la vulnérabilité d'une population appauvrie. Nous ne sommes toujours pas en mesure de faire face de manière adéquate à l'épidémie de rougeole, de paludisme, d'Ebola qui est toujours là et menace de revenir et soudain nous sommes rejoints par Covid 19. 

Le 10 mars, le premier cas a été détecté, étranger, et une semaine plus tard, les cas locaux ont été confirmés. Nous sommes attristés par cette situation et sommes encore plus inquiets pour plusieurs raisons :

Tout d'abord, comme c'est le cas de tous les pauvres du monde qui vivent au jour le jour, la majorité de la population congolaise n'a pas les moyens matériels de prendre les mesures de précaution nécessaires et de prévenir cette maladie de manière adéquate. Ici, il est habituel de consommer ce que l'on achète en une journée (dans les marchés d'approvisionnement où la concentration de la population est très élevée) et souvent, on ne dispose que de l'argent que l'on gagne en une journée.

D'autre part, le respect des normes d'hygiène les plus élémentaires telles que le lavage fréquent des mains et la désinfection des installations n'est pas à la portée d'un village aujourd'hui, dont la plupart n'ont pas, par exemple, l'eau courante dans leur maison. Ces conditions exposent un pays de 80 millions d'habitants à une propagation exponentielle en peu de temps si elle atteint les secteurs les plus populaires des grandes villes et de la zone rurale.

Au-delà des recommandations émises par le ministère de la Santé, les mesures nécessaires telles que la quarantaine accompagnée d'une assistance globale de l'État, capable d'assurer à la population les biens et services de base pour rester chez elle, n'ont pas encore été mises en œuvre.

Enfin, la complexité de cette situation est aggravée par la possibilité alarmante de tester des vaccins contre le covid-19 ici même en RDC. Les déclarations du professeur Muyembe, responsable du plan de réponse à Covid-19 en RD Congo, expriment ouvertement qu'il existe de grandes institutions sur la scène internationale qui se concentrent sur la recherche d'un vaccin en réponse à la pandémie et que dans cette recherche "nous (le peuple congolais) avons également été choisis pour effectuer les essais. Le vaccin sera donc produit soit au Canada, aux États-Unis ou en Chine. Nous sommes candidats ici pour les procès. Un choix curieux qui, étant donné la terrible histoire de manipulation de la population africaine dans le domaine de l'expérimentation scientifique, ne peut qu'éveiller l'incertitude et exacerber les angoisses existantes. 

En tant que communauté missionnaire engagée dans la défense des droits des peuples, nous voulons être attentifs à toute situation de vulnérabilité et dénoncer les procédures qui ne répondent pas aux principes et aux critères bioéthiques qui sauvegardent la vie, l'intégrité et la dignité de chaque personne de manière égale.

En tant que Claret, nous voulons être attentifs chaque jour à ce que cette réalité changeante nous demande comme réponse d'amour du Dieu de Jésus à son peuple.

Nous vous envoyons une grande et affectueuse étreinte.

Luisina y Franco


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments