Revenir vite à ce qui était avant ? Non, s'il vous plaît ! FR




Frontpage: The Economist 21th March  2020

Revenir vite à ce qui était avant ? Non, s'il vous plaît !


"Le jour d'après" est un site web, un projet de collaboration et a été, cette semaine, un moment de rencontre sur Internet pour plus d'un millier de personnes. Cinq panélistes ont présenté leur point de vue sur la façon dont le monde allait faire face aux situations après la crise du Coronavirus. Parmi les opinions, les questions et les réponses des panélistes, certaines idées ont émergé, pour le moins, surprenantes. L'un d'entre elles était celle qui mène cette réflexion. Beaucoup, dit l'orateur, se demandent quand nous reviendrons à la normale, quand tout redeviendra comme avant ! Le panéliste a répondu lui-même : "J'espère que nous ne reviendrons pas à la situation précédente ; c'est en vivant ainsi que nous avons abouti à cette catastrophe". J'espère que le changement sera pour le mieux ; c'est ce que nous tous qui étions présents espérions dans "Le jour d'après".

La Première Guerre mondiale, la Grande Guerre, celle qui devait se dérouler en quelques jours, celle de l'agressivité impérialiste de l'Allemagne de Bismarck, a fait 16 millions de morts en Europe. La réflexion nécessaire, celle qui doit avoir lieu après chaque catastrophe, n'a pas été faite. Ni gagnants ni perdants. Dans le Traité de Versailles (1919), les vainqueurs ont cherché à se venger des vaincus par des réparations de guerre. La haine des vaincus envers les vainqueurs grandit sans mesure, donnant lieu à la seconde partie de la guerre. Peut-être la Seconde Guerre mondiale se serait-elle déclenchée de multiples façons, mais il ne fait aucun doute que le traité de Versailles l'a accélérée. Ce n'est qu'après 60 millions de morts, une Europe détruite et des pays comme le Japon, les Philippines, la Chine,... fortement touchés, qu'on a pensé qu'il fallait construire un nouvel ordre mondial. Outre les innombrables dégâts matériels subis, entre les deux guerres, il y a eu environ 80 millions de morts. Après une telle dévastation de pays entiers, on a finalement compris que la solution ne consistait pas à imposer des réparations de guerre aux vaincus ; la solution impliquait de réfléchir à un nouvel ordre mondial, et consistait à aider les pays à se reconstruire économiquement et démocratiquement. Les traités de paix de Yalta et de Potsdam (1945) ont signifié, par exemple, la création des Nations unies (1945), la fin du colonialisme, la naissance de l'Union européenne, et pourtant la guerre froide entre blocs a commencé. 

Pourquoi ai-je apporté ici les souvenirs des deux guerres mondiales ? Les deux guerres, ou plutôt les deux périodes d'après-guerre, nous donnent des indices sur la manière d'agir après une catastrophe majeure. Et la pandémie de Coronavirus COVID-19 l'est. Chaque pays, ou bloc de pays, peut s'enfermer dans ses propres intérêts et égoïsmes (autarcie) ou peut réfléchir profondément aux raisons des maux et imaginer un nouvel avenir. Le nouvel avenir passe par des solutions de gouvernance mondiale et des alliances positives et non exclusives entre les pays. 

Peu avant l'apparition de COVID-19, le monde était préoccupé par la lutte commerciale et stratégique entre la Chine et les États-Unis. Les pays qui ont participé à la COP-25 en sont sortis heureux, chacun défendant les siens. Ce sont deux exemples de la route vers l'enfermement, avec de nombreux aspects communs avec ce qui s'est passé après la première guerre mondiale. En remontant plus loin dans le temps, on trouve la grippe aviaire et les pandémies de VIH ; cette dernière a causé 32 millions de décès. Il suffit de mentionner toutes les catastrophes causées par le changement climatique, largement évoquées dans ce blog. Tout semblait relativement normal et gérable dans le mauvais. Mais le COVID-19 est arrivé et a réglé tous les problèmes, petits et grands. Face à la rapidité inattendue de la contagion et de la mortalité de COVID-19, tous les systèmes de sécurité sanitaire en Chine et dans les pays du Nord ont fait un bond en avant ; chaque pays a commencé à réfléchir à la manière de résoudre les choses par lui-même sans se rendre compte que c'était une question du passé. Au début, la Chine était perplexe face à ce qui se passait. L'Europe montre l'égoïsme, l'étroitesse d'esprit et la difficulté de penser en termes de solidarité entre les pays de l'UE elle-même. Même la ministre de la santé des Pays-Bas considère que les soins aux personnes âgées et aux malades dans des pays comme l'Italie et l'Espagne sont la cause de la saturation des hôpitaux et des unités de soins intensifs (USI) ; elle a résolu ce problème en n'envoyant pas à l'hôpital ceux qui ne sont pas guéris ( ?).  Les États-Unis, ou plutôt Trump, pensent que "d'abord l'Amérique" et ensuite... . Une fois de plus, nous sommes confrontés à la solution égoïste et à courte vue après la Première Guerre mondiale. Qui s'est souvenu d'Haïti, du Ghana, de l'Amazonie, de l'Indonésie, de l'Inde, de l'Ouganda, du Nigeria,... Allons-nous regarder au-delà de nos frontières ? Nos gouvernements vont-ils commencer à penser au-delà des intérêts courts et particuliers ; vont-ils, et nous tous, commencer à penser à l'Humanité comme une réalité unique et interdépendante ?

Au cours de ces semaines, il y a eu de nombreux signes de solidarité et de dévouement en Espagne, sans doute dans tous les pays dévastés par la COVID-19. Les premiers étaient chargés de s'occuper de la santé débordante des hôpitaux, mais il y a eu beaucoup d'autres gestes, comme les bénévoles qui apportent de la nourriture au domicile des personnes âgées et des malades ou les milliers d'interventions et de réunions de solidarité par Internet. La proximité, dans la distance physique, a rompu les relations entre les voisins des blocs proches ou des petits villages ; des balcons et des terrasses, on peut sentir la fraternité et le meilleur des gens sort, l'anonymat qui caractérisait les voisins est balayé. Les gouvernements de nos pays seront-ils à la hauteur des peuples qui les ont élus ? Serons-nous, nous les croyants catholiques, à la hauteur d'un monde qui a plus que jamais besoin de solidarité et d'espoir ? Serons-nous, nous la société civile tout entière, capables de provoquer un changement d'époque, un changement de paradigme dans l'organisation des relations dans le monde ? La réponse à toutes ces questions est, nécessairement, OUI.

Le pape François a dit dans la prière du soir du 27 mars : "Nous nous trouvons effrayés et perdus. Comme les disciples de l’Évangile, nous avons été surpris par une tempête inattendue et furieuse. Nous avons réalisé que nous étions dans le même bateau, tous fragiles et désorientés ; mais, en même temps, importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de se réconforter les uns les autres. Dans ce bateau, nous sommes tous. Comme ces disciples qui parlent d'une seule voix et avec angoisse disent : "nous périssons" (cf. v. 38), nous découvrons nous aussi que nous ne pouvons pas aller seuls, mais seulement ensemble".

Revenir à ce que nous faisions avant, non, s'il vous plaît ! Nous sommes tous appelés à pousser le monde afin que le nouvel ordre mondial qui émergera de tout cela soit beaucoup plus solidaire et responsable. Nous avons quelques feuilles de route. L’Évangile est, pour nous chrétiens, le premier, mais nous avons un espace commun pour travailler avec tous les êtres humains. L'Agenda 2030 pour les objectifs de développement durable représente l'horizon commun. C'est le nouvel accord (New Deal) par excellence.

Miguel Angel Velasco cmf
Gideon Kometa cmf (Traducteur)

Comments