Gouvernance mondiale: vers un avenir meilleur FR



Gouvernance mondiale: vers un avenir meilleur

Il y a tout juste cinq jours, j'ai reçu cette photo montrant Jésus embrassant un monde recouvert d'un tissu estampillé des drapeaux des nations. Une image puissante pour le moment présent où le Coronavirus nous fait vivre des situations très similaires à nous tous ; quel que soit notre drapeau ou notre pays. Il y a cinq jours, la pandémie se propageait essentiellement en Chine, en Corée, au Japon, en Europe continentale et commençait à inquiéter les États-Unis. Le Royaume-Uni, l'Amérique centrale et du Sud, l'Afrique et le reste des pays asiatiques ont vu le panorama avec une certaine inquiétude qui n'était pas exempte d'éloignement. Aujourd'hui, cinq jours plus tard, la fermeture des frontières et des aéroports, le confinement des foyers, la saturation des unités de soins intensifs (USI) des hôpitaux, la suspension des manifestations sportives et bien d'autres choses encore deviennent transcontinentales. Il en va de même pour la crise économique qui suivra la pandémie, la crise environnementale, la dépression économique de 2008, les crises migratoires et tant d'autres réalités.

Le Coronavirus, pour une raison étrange, a voulu faire sa vie "touristique" en commençant par la Chine, en passant par l'Europe et en atteignant les États-Unis. Nous étions habitués aux maladies et aux pandémies venant d'autres endroits qui ne se trouvaient pas sur le continent nord ; il semblait qu'ici tout était bien contrôlé. Toute maladie de ce type est une catastrophe et cause une profonde douleur aux personnes touchées et aux sociétés qu'elle touche. Il suffit de regarder le nombre de décès qu'elle laisse partout où elle passe, en particulier ici à Madrid, d'où je vous écris. Imaginons un instant que cette pandémie ait été générée dans un pays quelque part en Asie, en Amazonie ou dans n'importe quel pays d'Afrique subsaharienne. Que se serait-il passé ? Peut-être que beaucoup d'habitants des pays que COVID-19 a décidé de visiter en premier auraient vu les choses avec une distance critique et, peut-être même, avec un certain air de supériorité : ici, cela ne peut pas arriver. D'ailleurs, le COVID-19 est déjà en Amérique et en Afrique ; je suis sûr que les gouvernements vont apprendre de l'Europe et ne seront pas aussi confiants, ou peut-être pensent-ils que l'Afrique n'est pas concernée ? Espérons que tous les gouvernements, y compris ceux d'Europe, seront à la hauteur de la tâche lorsque la pandémie s'étendra à d'autres continents.

Non ! Et mille fois non ! Cette pandémie n'est pas une chose que Dieu veut. Jamais Dieu le Père, qui nous a envoyé son Fils Jésus, ne peut vouloir quelque chose de semblable pour ses enfants ; des petits, aussi importants que nous puissions penser être. Le message du Père à travers la vie de Jésus de Nazareth sera bientôt célébré : "Il a voulu devenir un comme nous, en tout sauf le péché" et il a souffert, dans sa propre chair, de la solitude, de l'injustice et du manque de solidarité. Nous ne pouvons pas insulter un Jésus qui nous enveloppe, en lui demandant pourquoi il nous envoie, son Père et notre Père, cette tragédie. La vie et l'histoire, et toutes les limitations, ont suffisamment de thèmes récurrents pour que Dieu se consacre à imaginer des tragédies spécifiques pour nos nombreuses infidélités et notre inconscience. Que devons-nous apprendre, croyants et non-croyants, de ce que nous vivons à travers la COVID-19 ?

Si l'on regarde l'Europe, les seules institutions qui ont réellement fonctionné sont celles pour lesquelles les États membres de l'UE avaient déjà approuvé l'autonomie de fonctionnement. Mais ceux qui dépendent de l'accord des chefs d'État ne travaillent pas de manière coordonnée pour répondre aux besoins des gens. Ce n'est pas nouveau dans l'Union européenne. Avoir laissé l'Italie "seule face au danger" sans aucune forme de solidarité rappelle d'autres crises monétaires et migratoires, très proches dans le temps. Il est urgent que l'Europe fasse des pas vers la fédération. Nous sommes dans un monde absolument interconnecté, avant tout économique, qui ne peut plus jouer sur les particularismes de l'État. Les États doivent clairement prendre des mesures en vue de la création d'une gouvernance mondiale. La guerre commerciale ( ?) entre les États-Unis et la Chine n'a pas de sens ; tout cela va à l'encontre de l'évolution de notre monde sans frontières. 

Le renforcement de la collaboration internationale et des structures de gouvernance est vital pour tous. Le changement climatique et les combustibles fossiles sont un avertissement ; COVID-19 est le deuxième. Combien d'autres faut-il encore ? Il est curieux que l'une des raisons de l'impossibilité de parvenir à des accords lors de la COP25 Chili-Madrid ait été les pétrodollars, les pétrogaz et les pétrocarbures. Le pétrole de Brent était en décembre, date de la COP25, à 67,31 $ ; aujourd'hui, il est à 25,40 $, en raison de la crise du Coronavirus. La parabole de Jésus me vient à l'esprit, dans laquelle il parle d'un homme riche qui ne savait pas où mettre sa récolte, a construit d'immenses granges et, la même nuit, est mort. Quand apprendrons-nous à mettre notre cœur dans nos vrais trésors ?

Je termine par une citation du pape François, tirée de l'encyclique Laudato si. Désolé, c'est un peu long, mais ce n'est pas du gâchis. Francis déclare au sujet de la gouvernance mondiale : " La même logique qui entrave la prise de décisions drastiques pour inverser la tendance au réchauffement global, ne permet pas non plus d’atteindre l’objectif d’éradiquer la pauvreté. Il faut une réaction globale plus responsable, qui implique en même temps la lutte pour la réduction de la pollution et le développement des pays et des régions pauvres. Le XXIème siècle, alors qu’il maintient un système de gouvernement propre aux époques passées, est le théâtre d’un affaiblissement du pouvoir des États nationaux, surtout parce que la dimension économique et financière, de caractère transnational, tend à prédominer sur la politique. Dans ce contexte, la maturation d’institutions internationales devient indispensable, qui doivent être plus fortes et efficacement organisées, avec des autorités désignées équitablement par accord entre les gouvernements nationaux, et dotées de pouvoir pour sanctionner
" (LS 175)
Miguel Ángel Velasco cmf
Gideon Kometa cmf (traducción)

Comments